mardi 24 décembre 2013

Noël au Liminbout…



Chers tous,
Un petit mot pour vous souhaiter un bon noël et vous donner de nos nouvelles. Les travaux d’automne se sont faits : emblavement de céréales et semis de prairies de longue durée… Au liminbout, le troupeau s’est teinté de rouge avec la naissance d’Insoumise (clin d’œil à Bellevue) et l’entrée dans le troupeau de sa mère, Genette : une robe rouge, enfin !


Nous avons continué les entretiens sur bâtiments : réfection des brise vent devant les veaux et les génisses ; bardage du pignon à côté de la laiterie…
La vie continue donc, pour nous agriculteurs résistants.
Cette espérance qui nous habite et qui nous porte au quotidien, nous qui sommes si minoritaires et "jusqu'au boutistes" (comme aiment à le souligner les porteurs de projet) et qui continuons à dire NON, c’est à vous tous que nous le devons, vous tous engagés à nos côtés… Pour cela, nous vous disons MERCI !

comme les feuilles du liquidambar du liminbout, la lutte se teinte de toutes les couleurs et cela la rend plus riche...

J’ai une pensée particulière en cette veille de Noël pour tous les gens qui galèrent au quotidien : leur nombre s’accroit dans un pays dit développé et avec des socialistes au pouvoir. Voir les porteurs de projet s’obstiner dans leurs mensonges alors que l’argent manque tant ailleurs me révolte particulièrement. Cà suffit ! Si M. Ayrault veut œuvrer sur la réforme fiscale, qu’il agisse également sur les dépenses publiques en ne s’obstinant pas  sur les grands projets inutiles. Voilà une idée à retenir à la veille du nouvel an et de son cortège de bonnes résolutions…
non, non, je ne joue pas à "Soeur, ma soeur Anne, ne vois-tu rien venir?". J'aménage, c'est tout. J'invite les porteurs de projet à faire comme moi : prendre de la hauteur, de la distance...
De Sylvie, paysanne à Notre Dame des Landes

jeudi 19 décembre 2013

Comme un roman policier...

C’est un peu comme à la fin d’un bon roman policier (de Fred Vargas par exemple), le meurtrier en série rencontre le héros, et certain qu’il est de l’assassiner dans l’heure, il lui confirme ses hypothèses et lui donne les dernières clés qui manquaient. Dans un flash, notre héros a tous les éléments, tout est clair ; mais va-t-il survivre ?

Nous en sommes là à Notre Dame.

Les hypothèses nous les tenons depuis longtemps et les avons affinées.

(Ah, oui, on est d’accord, le héros, c’est nous, vous, les opposants quoi…)

La saturation impossible, les mouvements stables, les surfaces gigantesques consommées à Notre Dame, les sous sols complètement inadaptés pour faire une piste, les bénéfices immobiliers gigantesques aussi à réaliser à Nantes …

Tout cela a été montré par le travail d’expertise des militants, conforté par les informations des pilotes.

Démonstration en a été faite par Nicolas Notebaert qui déclarait en juillet 2012 au journal l’Express : « ce transfert n’est pas une réponse à des problèmes aéronautiques, mais un choix politique de développement du territoire ».

1ère carte sur table : c’est pas une histoire d’avions
                                  Mais on avait besoin de parler d’avions pour obtenir la DUP

2ème carte sur table : on passe en force (opération césar de l’automne 2012)
                                     On n’a pas d’argument, on veut, c’est tout
                                     Première tentative d’assassinat en fait

Depuis cet hiver, les politiques relancent le dossier par l’expertise technique et économique dont l’apogée est constituée par les études de la DGAC. Etudes prévues en concertation avec les opposants, on espère que c’est un public qui n’y comprendra rien. Et zut, ce public fait des études contradictoires.

Il nous manquait (à nous le héros) deux éléments. Le premier : comment la DGAC peut-elle arriver honnêtement à des résultats aussi grossièrement en faveur du projet? Le deuxième plus complexe : on comprend que les milieux du BTP et de l’immobilier soient très favorables, mais les autres chefs d’entreprise, les compagnies d’aviation, pourquoi donnent-ils l’impression de suivre la CCI ?

Et là, Jacques Bankir, ancien directeur de compagnies aériennes, arrive (France-Culture) : les chiffres de la DGAC n’ont rien à voir avec la réalité ; la DGAC, déjà pour Concorde, trafiquait ses études pour prouver ce que lui demandait le ministre. Il ne faut pas parler d’honnêteté, elle est en permanence au service du Prince. Quant aux compagnies aériennes, elles verront bien s’il faut aller à Notre Dame ou bien à Rennes (là, c’est moi qui le dit), elles ne vont pas se fâcher avec la DGAC ; la gestion de l’argent public, c’est le domaine des politiques, pas le leur.

3ème carte sur table : les études sont bidon
                                     Le résultat sera ce qu’attend le Prince
                                     Sur le plan technique et économique, les opposants ont raison
                                     Personne ne contredira le Prince, pas même les gens compétents.

Et voilà nous savons tout.

Attendez, on frappe à ma porte…

Ouf, ce ne sont pas des gens en bleu, mais seulement un voisin zadiste. On a encore un peu de temps.

Alors, il me reste une question à Jacques Bankir : « Monsieur, quand les compagnies aériennes ont remis en 2012, le prix de meilleur aéroport à Nantes-Atlantique, n’était ce pas une façon diplomatique de prendre position contre le projet de déplacement ? Prise de position collective, donc sans risque, mais claire : ici, c’est parfait ! Qu’en pensez-vous ? ».

Nous n’avions peut être pas mesuré l’ampleur de ce geste...

De Marcel, paysan à Notre Dame

lundi 16 décembre 2013

Dans le sein des "saints"...

Vendredi 13 décembre, réunion de suivi des engagements de l’Etat à la préfecture.

Avec Sylvain, nous décidons d’y aller puisque nous sommes invités comme la plupart des associations d’opposants. Nous avions assisté à celui d’avril, dans lequel la commission du dialogue avait présenté ses travaux et le Préfet avait promis un calendrier des travaux et une nouvelle réunion de lancement dès fin juin.

Une nouvelle réunion avait finalement été programmée pour le 15 novembre, puis annulée deux jours avant…Je vous rappelle que la prise de position publique de Jacques Bankir était le 12 novembre…

Nous sommes en attente du contenu, mais aussi de l’ambiance de cette réunion.

Pour le cadre, imaginez une grande salle, chaque table est équipée de 2 micros, les participants : grands élus et grandes administrations, élus de la CCEG et quelques opposants.

Le Préfet commence par rappeler tout l’intérêt des 6 derniers mois de travail qui ont permis « des moments d’échanges contradictoires » , permis de « confirmer le projet », et enfin « permis une approche compensation en qualité et efficacité ». « La maîtrise du foncier sera faite dans les prochains mois et les procédures juridiques se terminent ». « Les mesures loi sur l’eau sont en phase d’achèvement, avec un dépôt qui sera fait avant Noël ».
Jacques Auxiette prend la parole en évoquant « le dialogue permanent », mais « le temps de l’action est venu » ; « ces six mois d’attente ont un coût, je souhaite que cette réunion soit conclusive », « le déplacement des espèces doit avoir lieu avant le printemps » et enfin du Auxiette pur sur « l’état de droit, le respect des procédures et de sécurité ».
Philippe Grosvalet poursuit sur « l’impatience d’aboutir, tous les citoyens qui me disent combien ils attendent l’avancée de ce projet ».
Après cette ambiance posée, disons impatience et fureur des décideurs, nous attaquons le contenu :

Accompagnement du territoire
Un accord cadre sera signé entre les territoires concernés, la région et le département.
Les soutiens financiers seront conséquents si les travaux commencent.
Un volet soutien à l’emploi et à la formation. 

Sur le plan agricole, la mise en place d’un PEAN de 17000ha est une très forte protection à long terme contre l’étalement urbain, sanctuarisation ont-ils dit. Entre nous, dans ces 17000 ha, le Conseil Général a prévu d’y mettre les compensations écologiques, on restera donc au cœur du projet.
Pour la desserte de l’aéroport de Notre Dame (enfin ce qui est prévu) :
-A l’ouverture : desserte routière par navette : Nantes - Notre Dame 40mn et 45 si le trafic est chargé ;
-Puis la liaison se fera par le tram train périurbain ;
-Enfin, en 2030, une liaison ferroviaire Nantes - Rennes desservira Notre Dame dans le cadre d’un réseau Bretagne-Pays de Loire.
Sur le volet environnement, toutes les demandes ont été prises en compte.
L’état des lieux va se poursuivre jusqu’au début des travaux (Ah bon, il serait incomplet ?)
Les prescriptions seront élaborées parcelle par parcelle.
Les compensations seront augmentées de 10 % pour garantir leur efficacité.
La totalité des compensations sera mise en œuvre avant la fin des travaux (ah, c’est nouveau !)
L’observatoire du suivi environnemental sera piloté par un comité de scientifiques et si une mesure n’est pas respectée, la police de l’eau contraindra l’opérateur à trouver une solution.
Les mesures mises en place chez les agriculteurs se feront dans le cadre d’un protocole avec la Chambre d’Agriculture.
Cet engagement qualité est absolument innovant en France et a reçu un avis quasi unanime du CODERST.
Pour les espèces protégées, même mode de gouvernance ; les recommandations de la  CNPN ont été suivies ; le campagnol amphibie est en cours d’enquête.
Ils finalisent la synthèse de la consultation sur le net.
Les questions portent sur les experts scientifiques qui avaient invalidé le projet sur le plan environnemental et que l’on a remplacé par le comité de scientifique qui lui est lié au projet dans la durée.
Le Préfet répond par le fait que la commission du dialogue est dissoute donc fin des experts et il n’imagine pas de système plus sûr pour garantir les résultats, rendez vous pour les résultats.
A noter une prise de parole du CESER : « nous avons à nouveau communiqué sur l’intérêt de ce projet à condition qu’il soit fait avec sérieux, et là avec ces informations que vous nous donnez, nous sommes parfaitement rassurés » (il y a des gens, ils sont parfaits dans leur rôle, c’est pour cela qu’on les invite d’ailleurs !)
Les études de la DGAC
Là, il faut dire que la matinée est avancée, que tout le monde fatigue, ce sera parfait pour nous noyer.
Exposé compliqué sur le PEB; leur approche est la seule réaliste…
A terme, c’est 80000 riverains touchés à Nantes Atlantique.
Sur l’aménagement, je n’ai retenu que le coup de la piste :
« Elle ne permet pas l’accueil de tous types d’appareils » ; « pour accueillir 9 millions de passagers, il faut décaisser et remettre à plat » ; « tous les autres aéroports français de même dimension ont 2 pistes ce qui permet de reporter le trafic de l’une sur l’autre, mais là il faudrait fermer 3 mois pour faire ces travaux » ; «  et quand je dis 3 mois, mes collègues me disent que c’est plutôt 6 , cela coûterait très cher, nous ne sommes pas certains d’avoir pris en compte tous les coûts induits » (un vrai poème !).
« en fait le coût du maintien à Nantes est de 685 millions d’euros à comparer à 808 à Notre dame, mais auquel il faut ajouter 85 millions pour le coût de la fermeture de la piste et 55 pour l’achat de 114 Ha qui seraient nécessaires » (soit 482 000 euros l’hectare contre 1 600 à Notre Dame, on ne pourrait pas faire une déclaration d’utilité publique dans ce cas ?)
Sur la piste actuelle de Nantes Atlantique, les besoins d’Airbus seront de 100 vols par an et le gabarit des Beluga va augmenter, donc la piste doit être maintenue, il n’est pas possible de la raccourcir. Les taxi way peuvent être supprimés, mais il faut maintenir la tour de contrôle.
Au total, ce sont 224 Ha qui seront libérés (au prix vu tout à l’heure, cela vaut 108 millions d’euros, voilà qui est motivant!).
En conclusion, nous avons une envolée lyrique sur les 6000 logements à construire soit 15000 habitants de plus (par an ?) et 80 ha disponibles pour les entreprises soit l’accueil de 5000 emplois dont 1000 chercheurs (et nous qui croyions que c’était dur de créer des emplois…il faut donner le tuyau à Jean-Marc !).
Dans la discussion, Claude conteste vivement la DGAC sur le plan technique, qui « charge la barque et ne prend pas en compte la modernisation des avions  ».
Alors là, ils lui tombent dessus à bras raccourcis, « on ne peut pas contester la compétence de la DGAC », « vous dites n’importe quoi  » ... (Mr Bontemps, PCF, excelle à cela…)
Ils ont enfin un opposant à croquer…
FNE dit son insatisfaction de la méthode et des comparaisons faites, mais très posément, on voit qu’il a l’habitude des vents contraires.
CGPME : « mais l’aéroport fermé 3 mois, c’est pas possible, il faut nous le dire s’il ne faut plus investir en Pays de Loire » (parfait, mais parfait dans le rôle, eux aussi !)
Jacques Auxiette conclut en parlant de temps perdu, de réunion conclusive, du temps à l’action, mais on sent qu’il fait de gros efforts pour se maîtriser.
Le Préfét conclut sans donner de calendrier précis, mais en en promettant un à venir (comme il y a 8 mois).
Puis, c’est n’importe quoi, Des Ailes pour Ouest fait tout un laïus contre les opposants qui appellent à résister partout, dans les lieux de pouvoir. Il cite les squatters et interpelle les maires qui ne font pas régner l’ordre.
Enfin, la CGT qui elle non plus n’a pas compris que c’était fini, repose une question, mais bien gentille comme toujours.
Bon , enfin, on arrête, c’est très épuisant, voire déprimant tout cela.



jeudi 12 décembre 2013

Question d'éthique...

Les études bidouillées des ingénieurs de la DGAC m’interrogent sur l’éthique du métier d’ingénieur.

J’ai exercé le métier d’ingénieur pendant 30 ans, et à ce titre, fait un certain nombre d’études pour des conseillers en agriculture et pour des agriculteurs. Le pire commentaire que je craignais était : « Tu fais dire ce que tu veux aux chiffres ». Autrement dit : « tu nous noies dans les chiffres et tu es malhonnête ». Car en agriculture comme ailleurs, on peut traverser des débats passionnés pour ou contre (des systèmes de production intensifs ou autonomes ; une race laitière ou une autre …). On peut aussi avoir envie de donner au client la réponse qu’il attend, ce qui ne serait pas lui rendre service. Alors, il faut travailler le mieux possible et être clair sur tous les points.

Une étude peut se décomposer en trois phases : des hypothèses, un traitement des données ou simulation, des commentaires. La simulation est plus ou moins compréhensible selon la complexité de l’expertise, mais on peut en expliquer les grandes logiques. Et surtout, d’un bureau d’études à l’autre, les mêmes données doivent donner les mêmes résultats. On pourrait penser que les outils de la DGAC répondent à cette exigence, encore que cela vaudrait le coup de vérifier…

L’expérience montre que l’essentiel est en fait dans les hypothèses : compare-t-on deux implantations d’aéroports, tous les autres points étant identiques par ailleurs ? Eh bien ici, pas du tout : on compare Notre Dame à 4 millions de passagers avec Nantes-Atlantique à 9 millions, et Notre Dame ne pouvant pas recevoir l’A380 avec une piste allongée à Nantes pour accueillir l’A380, et enfin le coût de Notre Dame qui est un coût négocié avec le concessionnaire avec le coût de Nantes réaménagé qui est un coût imaginé par la DGAC, « dans ses rêves », sans devis réaliste et pourquoi pas avec des escaliers en marbre.

Enfin, les commentaires décrivent les domaines de validité de l’étude suivant la conjoncture et l’activité économique. Ils se soucient surtout de vérifier que l’on colle bien à la réalité observable et aux tendances. Ici, surtout pas ! Les devis sont farfelus, on veut  ignorer que les avions feront de moins en moins de bruit et on ne regarde surtout pas le Plan de Gêne Sonore qui mesure le bruit actuel, ce qui est indispensable pour caler un point à 48 000 mouvements d’avions.

Quand on pense à toute l’énergie mise chez les salariés pour habiller et faire passer ce projet d’aéroport, que ce soit à la DGAC, mais aussi au Conseil Général, au Conseil régional, on se dit qu’il est effectivement possible de faire des économies sur la fonction publique.

Ne pas jeter l’argent des citoyens dans les poches de Vinci ; maintenir, voire développer les budgets sociaux et la solidarité en temps de crise ; ce ne serait pas une bonne idée pour des socialistes?

de Marcel, paysan à Notre Dame des Landes.

vendredi 6 décembre 2013

Quand la DGAC justifie l'inutile...

L’affaire des études complémentaires demandées par la commission de dialogue et réalisées par  la DGAC se termine. Si la commission de dialogue a pris quelques libertés par rapport à la mission donnée par Jean Marc Ayrault, il est clair que la DGAC est restée parfaitement dans le droit fil de la mission : « démontrer coûte que coûte  la nécessité de ce déplacement d’aéroport ».
On en reste bouche bée, pantois, devant cet empilement de grossiers mensonges.

Comment, avec 65 000 mouvements d’avions commerciaux (85 000 au total), peut-on obtenir un PEB 2030 plus important que celui de la prévision de 2003 qui comptait 75 000 mouvements commerciaux,  15 % de plus ?? (et 109 000 au total).
Comment, sur une échelle de 18 ans, peut-on ne pas prendre en compte la modernisation de la flotte et la réduction du bruit au fil des générations d’avions, liée au fait qu’ils consomment de moins en moins de carburant ? Tous les constructeurs réalisent des nouveaux avions deux fois moins bruyants qui sont déjà commandés par milliers. Ils auront une quinzaine d’années à l’horizon 2030… Et la durée de vie d’un avion en France est désormais d’une vingtaine d’années…

Quant à l’étude du réaménagement de Nantes Atlantique, il suffit de lire l’article du journal « Les Echos » pour saisir l’ampleur des mensonges : coûts multipliés par trois et fermeture de l’aéroport pour réfaction de la piste, ce qui ne se fait jamais.

Comment un organisme peut-il faire n’importe quoi ? Ces ingénieurs n’ont-ils pas d’honneur ? N’ont-ils pas besoin d’être crédibles vis-à-vis de clients, voire face à des collègues étrangers ?



Je vois deux explications possibles : 
  • seul le directeur de la DGAC a communiqué dans la presse, il assume le sale boulot, c’est un bon général, il ne laisse pas ce travail innommable salir ses équipes d’ingénieurs, seul son nom apparait ; 
  • autre piste, on a fait des hypothèses et des devis tellement énormes , que les experts comprendront tout de suite, que tout est bidouillé, que tout est fait pour répondre à une commande, que c’est une sorte de poisson d’avril, on ne peut pas juger la compétence des ingénieurs de la DGAC là-dessus.
Merci infiniment au CéDpa d’avoir fait faire les mêmes études par des cabinets indépendants. Merci aux pilotes de ligne et aux différents experts qui ont travaillé pour dénoncer ces absurdités.
On comprend comment et avec quelle ampleur, les porteurs de projet se moquent de nous.

Que restera-t-il demain de l’image des élus PS et UMP avec tout cela ? Les week-ends « Rugby » de Jean Pierre Fougerat décrits dans le Canard Enchainé ne sont rien à côté des dix années de mensonges qui portent le projet de nouvel aéroport.

Dernière nouvelle aujourd’hui mercredi, sur France Culture, Jacques Bankir, nous donne la conclusion car il explique que déjà à l’époque du Concorde, la DGAC faisait des études très partiales et malhonnêtes pour prouver que le Concorde serait rentable. Alors là, si c’est la culture maison, c’est la maison qu’il faut changer.

Le courage, ce n’est pas l’obstination a dit Jean Marc Ayrault (à propos de la crise bretonne), chiche….

Marcel , paysan à Notre Dame

samedi 5 octobre 2013

A Notre Dame, on sème sous le soleil !

5 octobre, 9h30, il y a déjà du monde au carrefour des Ardillères.
10h00, avant le départ, on apprend par le journal que le préfet a pris un arrêté interdisant les semis sur la zone du  projet d’aéroport. C’est trop d’honneur Mr le Préfet, un arrêté rien que pour nous; c’est évident que cela ne va pas nous faire reculer.
Mr le Préfet, réfléchissez y, ce n’est pas prudent d’habituer tant de gens à fréquenter l’illégalité : on s’y habitue et c’est de moins en moins dissuasif.
C’est sous un soleil radieux que se déroule notre journée de semis collectif.
On sent le plaisir de se retrouver, tellement de gens, tellement différents, se connaissent maintenant. Quand le seul bleu en vue est celui du ciel, nous sommes heureux ensemble.


Les trois acteurs agricoles sur la zad, ADECA, Sème ta zad et COPAIN ont décidé de remettre en culture un ensemble de 24 ha non cultivés depuis un an car placés sous le projet de piste. Ils l’ont décidé pour que la terre continue à nous nourrir et parce que collectivement nous sommes plus forts.

labour de concert...


Pour nous agriculteurs de la zone, cela nous motive, car cultiver la terre c’est poursuivre notre métier, alors que depuis 1974, le Conseil Général a compté sur le développement des friches pour ouvrir la voie aux bulldozers.
Nous avions aussi, depuis longtemps, la forte volonté de gérer collectivement les terres libérées par les départs de voisins, et là, enfin, nous y arrivons au moins en partie.
Dans les cultures mises en place, une partie sera conduite en culture classique et la majorité sans intrants sur tout le cycle. Ce choix respecte les différentes pratiques agricoles sur la zad et traduit notre diversité et notre capacité à lutter ensemble.
Environ 300 personnes sont venues  ensemencer les terres en triticale pour les bovins de la zone, en mélange céréalier pour les volailles, cochons et bovins, en blé panifiable, seigle et  épeautre pour les boulangers de la ZAD….





Toutes les petites mains se rendent utiles : constitution des mélanges de graines à semer, chargement des semoirs, plantation d’arbres pour reconstituer des haies, encouragement des chauffeurs de tracteurs…
Cette mise en place de haies, alors que Vinci veut détruire notre bocage, illustre notre confiance dans la victoire. 

Une bonne vingtaine de tracteurs, on va dire 24, sont venus travailler. Le labour est difficile car la terre manque d’eau, mais les semis se font très bien. Vers 18h00, cette bonne journée de travail se termine dans la sérénité.

Ah oui, j’oubliais la visite de l’hélicoptère, mais c’est tellement courant à Notre Dame…
Par cette action commune, nous montrons notre détermination à sauver notre terre : terre nourricière, terre à  protéger, terre qui continue à vivre envers et contre tout et surtout contre la mauvaise volonté des porteurs de projet à reconnaitre leurs mensonges et à abandonner le projet : aucune raison aéronautique ne justifie ce projet (les contre-études indépendantes menées sur l’économique et le plan d’exposition au bruit le prouvent, comme le discours des pilotes…) et pourtant c’est sur cette base mensongère que le projet a été déclaré d’utilité publique… La première économie du gouvernement actuel doit être d’arrêter les dépenses sur les grands projets inutiles (au Premier Ministre de donner l’exemple)!
Malgré l’ordonnance d’interdiction de semer demandée par VINCI hier (le ridicule ne tue pas ; dommage !), nous tenons à montrer qu’ici, à Notre Dame des Landes, nous savons cultiver les champs de tous les possibles! Qu’on se le dise…

 de Sylvie et Marcel, paysans à Notre Dame


Écouter aussi le reportage sonore de Marcello : http://kalzadud.fr/perche/index.php?post/2013/10/05/S%C3%A8me-ta-zad-%3A-semailles-collectives

Et consulter le diaporama :
 
La vidéo de la journée :
 
Semons la Résistance from Résistances nddl on Vimeo.

lundi 9 septembre 2013

Bellevue : c'est la rentrée!




moisson au Liminbout...
Tardivement (au 10 aout), nous avons pu récolter nos céréales. Cela nous a laissé le temps de prendre une semaine de vacances, de nous ressourcer dans les Alpes… avant de revenir préparer la rentrée.
-rentrée agricole avec les chantiers collectifs patates au Liminbout et à Bellevue : la récolte est bonne ; l’hiver est assuré. Les deux chevaux présents à Bellevue furent mis à contribution pour ouvrir les sillons… et puis les petites mains ont œuvré le samedi après midi et le dimanche matin pour remplir les sacs. Un troisième cheval attelé assurait le transport de la récolte. Plaisir des chantiers collectifs…
Sur les exploitations, les silos se préparent pour ensiler les maïs qui commencent à sécher sur pied.
-rentrée militante avec demain à Rennes le jugement en appel des occupants de Bellevue, avec un déplacement à Paris pour rencontrer le Ministre des Transports et un autre rendez vous bientôt à Bruxelles.

Au dessus de nos têtes, la bataille continue ! 
Vinci construit sa communication sur l’augmentation du nombre de passagers à Nantes Atlantique. C’est repris fidèlement par la presse qui oublie de dire que le nombre de mouvements d’avions a  baissé (il faut lire la rubrique « pavés dans la Loire » de Ouest France pour l’apprendre !).
Hervé Kempf, journaliste écologique au Monde,qui a beaucoup écrit contre le projet, est conduit à démissionner du journal tant les contraintes données par sa direction sur Notre Dame des Landes sont lourdes.
La mission parlementaire de Bruxelles qui devait venir à Notre Dame n’a pas eu l’aval de tous : il a fallu l’union sacrée des socialistes et des conservateurs pour refuser ce déplacement. Si le projet était si pertinent que cela, pourquoi refuser cette visite ?
Tout cela montre que les politiques n’ont pas lâché le morceau.
Pour nous, cela renforce notre détermination.
 

mercredi 7 août 2013

Bellevue : jugement de Romain…



 Gonflés à bloc après le rassemblement militant et festif particulièrement réussi de ce weekend end (40 000 personnes), nous étions nombreux à nous retrouver devant le palais de justice de Nantes aujourd’hui à partir de 12 heures.

la salle était trop petite...
 Romain y  était convoqué pour 14 heures pour être jugé pour refus de donner ses empreintes digitales et obstruction aux forces de l’ordre (entrave à la circulation publique pour avoir garé un tracteur devant la gendarmerie de Châteaubriant). 


19 affaires, très diverses (vols, vols avec effraction, agressions sexuelles...) devaient être jugées aujourd’hui. L’attente fut longue, l’affaire de Romain passant en fin d’après midi. Le procureur demande un mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve de  5 ans (plus question de suspension de permis de conduire…). Le juge a auditionné les témoins (il faut savoir que le procureur, dans un premier temps, a demandé le report de l’affaire, puis a demandé à ce que les témoins ne soient pas entendus). Il rendra son jugement le 18 septembre. Nous repartons plus sereins sur la peine encourue et surtout confiants en l'avenir...

en route pour le retour!


mardi 30 juillet 2013

Bellevue fait son foin !



Enfin le soleil ! Le beau temps ininterrompu des derniers jours de juin et des premières semaines de juillet nous ont permis de terminer les chantiers de récolte d’herbe en toute sérénité. Le foin est enfin fait, à Bellevue, comme ailleurs.


Les Copains ont également, dans la foulée, organisé un chantier de ramassage. Le foin a été stocké de façon provisoire dans différents endroits en attendant de partir vers des lieux de besoin.




Désormais, nous attendons le retour du beau temps pour récolter les céréales et nous nous préparons pour le rassemblement du 3-4 août, en souhaitant vivement le beau temps pour ces jours de fête…

jeudi 25 juillet 2013

Heureusement, Obélix veille !



Avec le sens du dialogue et de la concertation qui caractérise tout membre du PS qui se respecte, M. Grosvalet, président du Conseil Général, a ordonné la désaffection de la route départementale D281. Le jeudi 20 juin 2013, la maréchaussée accompagnait ces messieurs de l’équipement pour condamner la route. Les gros moyens sont déployés : tranchées de 50 cm dans lesquelles sont mis en place des gros blocs de pierre pesant plusieurs tonnes…

les grands moyens...


Ceci a été fait sans consulter les habitants de la zone d’où des situations ubuesques pour les agriculteurs que nous sommes. Ainsi, nous n’avons plus accès à des parcelles de terre cultivées, certaines n’étant même pas situées dans la ZAD. Nous ne pouvons donc pas récolter le foin. D’autres ont été semées en céréales et en maïs et l’accès n’est plus possible !
Comme par hasard, cette intervention se fait le lendemain d’une autre opération plus discrète et n’ayant pas nécessité 30 cars de CRS ! Effectuée la veille par le COPAIN appuyé par des habitants de la zone, elle a permis le rétablissement de la circulation transversale dans la ZAD et de l’accès à des parcelles.
En ces temps apaisés, les habitants de ce territoire aspirent à ce qu’il reste un lieu ouvert, un lieu d’échange… Pour cela,2 jours plus tard, nous avons sollicité Obélix qui en deux temps et trois mouvements a rouvert la route !
la voie est libre!

dimanche 9 juin 2013

La vie va…



3 semaines de silence  depuis la chaine humaine où les travaux des champs se sont faits peu à peu malgré les caprices de la météo : semis de maïs, ensilage d’herbe, enrubannage sont terminés au liminbout et un peu de foin s’est fait la semaine passée. Nous sommes finalement contents de voir un peu de pluie venir pour souffler un peu !
Les évènements marquants des ces 3 semaines :
-         le procès de Christian le 21 mai à Saint Nazaire et la mobilisation de soutien impressionnante (batuccada colorée et entrainante, manifestants et tracteurs nombreux…) ;

arrivée des tracteurs

devant le tribunal
 -         le verdict sévère, disproportionné par rapport aux faits reprochés (10 mois de retrait de permis et 400€ d’amende) qui me fait douter de l’indépendance de la justice et me persuade que s’opposer aux projets des puissants s’accompagne plus que jamais de répression ou dit gentiment d’un traitement de faveur très particulier des autorités…
-         une ambiance plus sereine pour moi sur la ZAD avec des discussions sur le vivre ensemble et la prise en compte des besoins de circulation des habitants et des paysans de la ZAD ;
-         enfin, le dernier et non des moindres, la venue hier 8 juin d’une grande dame, Marie Monique ROBIN, journaliste engagée, à Notre Dame des Landes pour la remise de sa légion d’honneur par une autre grande dame, Dominique MEDA, sociologue. Leurs prises de parole furent particulièrement émouvantes, qualifiant au passage le projet d’aéroport comme ringard et complètement inutile et saluant le combat et l’engagement de tous pour préserver la terre. Merci d’être venue à Notre Dame des Landes recevoir cette distinction saluant une œuvre au service du bien commun et de l’intérêt général. Merci de ce pied de nez aux politiques et aux porteurs du projet (ironie : il arrive à un moment où nous apprenons qu’une nouvelle enveloppe budgétaire est débloqué par le conseil général pour promouvoir le projet d’aéroport).

une foule attentive devant la vache rit aux propos de Marie Monique ROBIN

Son prochain sujet de documentaire portera sur les alternatives au dogme de la croissance… Nul doute qu’il est d’actualité et qu’il remuera les consciences ! 
A nous voir dirigés dans cette course sans issue qui laisse de plus en plus de monde en perdition sur le bord de la route, j’ai plus que jamais envie d’autres possibles, d’autres voies… Ce qui se vit ici, à Notre Dame des Landes, est une nouvelle voie et suscite bien des espoirs. Continuons, tous ensemble !



mercredi 15 mai 2013

Chaine humaine : une réussite !



En voyant les chiffres de la Préfecture (12000 personnes), nous pouvons dire une chose : nous avons le bras long ! En effet,  25 km couverts par 12000 personnes, cela fait une envergure bras tendus de 2.1 mètres par personne.
La réalité, c’était 25 km couverts avec des zones nombreuses où la file n’était pas unique…

La réalité, c’était ce symbole fort porté par 40000 personnes qui se donnaient la main pour dire aux porteurs du projet qu’ils ne passeront pas…

Nous étions nombreux, venus de loin, très loin pour certains, sous un beau soleil, à afficher notre détermination… Il faudra bien qu’ils comprennent ; il faudra bien qu’ils entendent !



Merci d’être venus si nombreux nous soutenir ; merci aux artistes qui ont précédé et prolongé ce moment festif …et un grand merci aux organisateurs et aux multiples bénévoles sans qui tout cela n’aurait pas été possible !

dimanche 5 mai 2013

Le calme revient...



Le 17 avril, le printemps est arrivé au liminbout : les hirondelles réintégraient leur logis dans la laiterie. Quelques jours plus tard, à notre immense satisfaction, les forces de l’ordre se retiraient enfin de Notre Dame des Landes. Et depuis, ma foi, nous avons l’impression de revivre, revivre en ayant tout simplement le sentiment de vivre normalement, sans garde mobile et sans contrainte de circulation.

patûrage des vaches dans le bocage landais


les agneaux profitent bien!
 Le soleil est là. La mise à l’herbe est faite pour quasiment toutes les catégories d’animaux ; il nous reste juste les petits veaux à sortir. Nous le ferons cette semaine, une fois qu’ils seront habitués à la clôture électrique. Nous respirons côté travail sur les bêtes, ce qui nous permet de nous consacrer aux travaux des champs. Et là, avec ce printemps humide, tout est à faire en même temps pour tout le monde : fumier, labour, semis de maïs, ensilage d’herbe… La campagne ressemble à une immense ruche bourdonnante d’activités. L’heure est au travail de la terre, saine occupation pour tous…
Demain lundi, premiers semis de maïs pour nous et ensilage d’herbe au programme. Et comme les barrages ont été enlevés aujourd’hui à Bellevue, la circulation sera plus facile pour les hommes, les bêtes et les machines. 

Amorce d’un retour à la vie normale sous la gouverne d’un président normal…
Beau travail collectif...
 
Je ne sais pourquoi, les paroles d’une chanson de Ferrat me viennent : « les touristes partis, le village petit à petit retrouve sa vérité...".

dimanche 14 avril 2013

Sème ta ZAD!




VINCI DEGAGE

LA TERRE

ON LA PARTAGE !

C’est derrière cette banderole qu’un long cortège s’ébranlait des Ardillères pour aller vers Bellevue. Même si le petit crachin et la pluie de la semaine allaient perturber le travail de semis et de plantations, la foule était là, motivée…

Il y a eu quand même du travail fait (construction, formation de buttes…) mais aussi et surtout des échanges, des discussions… et des moments de convivialité, un festnoz à St Jean du tertre clôturant ce samedi.
Par exemple au liminbout, nous avons, tous les habitants ensemble, présenté la vie ici. Depuis l’occupation de la maison voisine à l’automne, sa destruction, jusqu’à aujourd’hui où la vie a repris là où la maison a été détruite. La pluie et le vent s’étaient donnés rendez vous pour nous compliquer la vie au moment de ce débat.
Une journée comme celle-ci, c’est aussi le plaisir de revoir beaucoup de visages connus.




mercredi 10 avril 2013

Bellevue: solidarité paysanne...



Les paysans du COPAIN (Collectif d'Organisations Professionnelles Agricoles INdignées par le projet d'aéroport) et les tracteurs vigilants protègent la ferme de Bellevue à Notre Dame des Landes de la destruction depuis 1 mois. Une mobilisation spontanée pour défendre l'agriculture et les agriculteurs menacés par ce projet.
assemblée de copains...
 Un jeune paysan témoigne de son implication.
"Depuis quelque temps, nous allons à Notre Dame des Landes. Oui, NOUS paysans, nous arpentons et pour tout vous dire on connaîtrait presque les coins à champignons ! L'organisation est simple, un coup de fil et hop les voitures partent après la traite. Chaque secteur sait quand il doit y aller (tous les 9 jours), le planning est quasiment fait pour 2014 et les travaux y vont bon train (stabulation, salle de réunion, rangement,...)
Énervé d'entendre et de voir les pro-aéroport étaler dans la presse leurs arguments de plus en plus pitoyables chaque jour, nous allons nous rendre compte de l'ampleur des dégâts. Car les paysans y vont tout d'abord pour défendre l'agriculture ! Je suis dégoutté de voir ce qu'ils veulent détruire.
D'abord nos collègues que j’idolâtre tous les jours car la pression est immense ! La dernière en date, la surpression de leurs DPU, leur force est magique car avoir cette annonce par courrier alors que des pelleteuses font des trous dans leur champs c'est simplement dégueulasse. Quand je vois ma détresse lors d'une attaque de taupins et eux leur calme à ce préjudice, je dis chapeau !
Puis l'agriculture au sens large. On voit des fermes sans successeur, on perd un département tous les 10 ans, tant d'attaques qu'on peine à combattre et là un projet au milieu de rien pour certains aveugles, au milieu d'une immense richesse pour nous autres paysans. Car c'est une vitrine de ce que nous voulons pour notre futur. Là bas, il suffit d'ouvrir les yeux et que voit-on : des haies très bien entretenues au jour où on ne cesse de parler du rôle de la haie en agriculture ; des champs qu'on reverrait d'avoir aussi rectangle, des emplois, car oui, des gens travaillent dans ce bocage. Les paysans d'abord et leurs salariés mais aussi les emplois indirects qu'on a tendance à oublier.
Pour moi à Notre Dame des Landes, le sens du mot syndicalisme prend tout son sens. D'abord par la solidarité envers nos collègues devenus copains. Ensuite pour tous ces débats qu'on a tous les soirs là-bas. C'est une richesse car pour une fois dans notre métier, on prend le temps d'échanger entre nous. Le seul bémol reste les ronflements de nos penseurs.
Alors venez nombreux, car notre ferme de COPAIN reste l'incarnation de nos idées !"

De Benjamin, paysan à Guérande

dimanche 7 avril 2013

Bellevue, le temps des semailles…



Cette semaine, j’ai eu l’agréable surprise d’être convoquée par la Gendarmerie de Blain pour être entendue. Une procédure est lancée contre moi pour un soi disant refus d’obtempérer qui aurait eu lieu le 30 octobre 2012 (voir article « La gendarmite, ça se soigne ? »). Cet empressement à poursuivre le moindre fait surtout s’il relève d’opposants à l’aéroport est méritoire mais je conseille à nos politiques d’appliquer la même diligence en leur sein. Quitte à faire du ménage, autant le faire partout et à fond s’il vous plait ! Des affaires comme les miennes ne vont pas rapporter gros mais chez d’autres, c’est en milliers d’euros que l’on compte…
 Nous en doutons, mais si, le printemps est là… Même si froid et pluie perturbent le pâturage des vaches, des fenêtres météo permettent de commencer certains semis de printemps. 
le four à pain restauré





A Bellevue, le four à pain est intégralement restauré et peut servir. Les premières fournées sortiront pour la manifestation « Sème ta ZAD ! » samedi 13 avril.








En préambule à ce weekend, les copains ont semé aujourd’hui un mélange d’orge et de fève. Dans la joie et la bonne humeur, un petit groupe s’activait au semis.   

réglage du semoir

A Bellevue, la terre continue à vivre et portera du fruit…

semis "accompagné"...

Nécessaire...

« Projet nécessaire à terme»… Ce sont les termes utilisés par Claude Chéreau, président de la Commission du Dialogue pour parler du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes. Son rapport sera remis mardi 9 avril au Premier Ministre. Il organise quelques « fuites » avant l’heure… Cette conclusion simplificatrice n’est pas surprenante : « on ne mord pas la main qui nous nourrit ! ». Nous attendons sereinement de voir tout ce qui se cache derrière, toutes les nuances qui seront apportées…

A l’heure où la moralité publique se révèle plus que douteuse, il est urgent pour le Pays que nos dirigeants, en bons pères de la Nation, donnent l’exemple et fassent au moins preuve de raison. Histoire de se racheter une conduite car leur intégrité est bien mise à mal en ce moment et nous pouvons penser que l’affaire Cahuzac est seulement l’arbre qui cache la forêt ! Qui sera le prochain ?
Ne doutons pas que le rapport de la Commission du dialogue soit examiné à la loupe et que nous, opposants, y rechercherons attentivement les réponses à toutes les questions soulevées devant la Commission.

Nous avons une crise économique, une crise morale sur le dos… J’espère seulement que les politiques n’en rajouteront pas une autre en utilisant la force à Notre Dame des Landes. C’est ce que peut laisser craindre la missive consigne de M. Ayrault adressée aux Préfets et aux Ministres (voir Médiapart et ci-dessous) :
« A l’exception des normes touchant à la sécurité, il vous est désormais demandé de veiller personnellement  à ce que vos services utilisent toutes les marges de manœuvre autorisées par les textes et en délivrent une interprétation facilitatrice pour simplifier et accélérer la mise en œuvre des projets publics ou privés ». Cette carte blanche signée J.M. Ayrault n’est-elle pas une façon de détourner la loi quand cela arrange?

Certains experts parlent de « la folie des grandeurs » de nos dirigeants (voir l’hebdomadaire La Vie du 4 au 10 avril 2013). L’aéroport de Notre Dame des Landes est l’exemple type du projet inutile, polluant et coûteux, qui se justifie par des études payées par les porteurs du projet et truffées d’erreurs, d’oublis ou d’omissions, et non par des études indépendantes.

J’en appelle à l’honnêteté et à la raison. Qu’on arrête de nous mentir ! C’est plus que jamais nécessaire et ce, dès maintenant !